Accueil / Vin / Du Jurançon au menu avec le domaine Bayard

Du Jurançon au menu avec le domaine Bayard

J’ai pu découvrir quelques flacons du domaine Bayard en Jurançon, alors, pourquoi pas les décliner autour d’un petit menu gourmand.

Tout d’abord, on parle un peu du domaine, qui est tenu par la famille Laborde, plus précisément par Louis et Rose-Anne depuis 2016. Ce sont 4 hectares de vieilles vignes entre océan et les Pyrénées qu’ils cultivent de façon artisanale afin d’en extraire le meilleur via de petits rendements. C’est un domaine qui est déjà bien reconnu par de nombreuses récompenses, il fait sensation également par ses étiquettes contemporaines jouant avec la transparence et les reflets des vins.

En mise en bouche

Pour la mise en bouche, je te propose la cuvée Symbiose 2018, un Jurançon moelleux tout en douceur et délicatesse grâce à ses 50 g de sucre résiduel. C’est un assemblage de Petit et Gros Manseng, les cépages phares de la région. On a aimé les saveurs exotiques du vin qui sont équilibrées par une finale acidulée. Habituellement j’adore ce type de vin mais un seul verre suffit généralement à me satisfaire. Ici, le plaisir est tel qu’on a bien envie d’en reprendre un deuxième.

Pour accompagner ce beau nectar, je verrais bien des samoussas de légumes au curry et au gingembre avec une sauce à la tomate, au soja et au miel. Ca irait à merveille! As-tu déjà testé un vin un peu sucré avec de la cuisine asiatique ?

Prix départ caveau : 12,60€ TTC.

En entrée

Pour l’entrée, on va ouvrir la cuvée Griffe d’Ucha 2018, un Jurançon sec qui est également un assemblage de Petit et Gros Manseng. Il dégage un potentiel fruits important au nez. En bouche, ce sont les agrumes qui se dégagent le plus, le pamplemousse rose bien mûr et juteux. Ca lui apporte à la fois de la vivacité et une certaine onctuosité qui met en appétit.

Pour l’accompagner, pourquoi ne pas aller vers des huîtres légèrement gratinées au four avec un peu de crème, de la chapelure de pain et un peu de parmesan. Le peps de ce Jurançon va venir réveiller l’huître et s’harmoniser à merveille avec l’iode du coquillage.

Prix départ caveau : 12,60€ TTC.

En plat

Pour la plat, un autre Jurançon sec avec la cuvée Papilles d’Ucha 2017. Cette cuvée est en mono cépage, du 100% Petit Manseng. Celle-ci reçoit un élevage de 16 mois en demi-muit qui va lui conférer de belles notes toastées. Au nez il offre un beau bouquet de fleurs séchées. En bouche il est suave, beurré et se laisse déguster comme une salade de fruits qu’on aurait fait caraméliser à la plancha. C’est un superbe flacon qui peut encore attendre quelques années en cave sans aucun problème.

Pour cet accord, la saint Jacques me semble être la compagne idéale de ce Jurançon. On va juste la snacker avec une noisette de beurre demi sel. Elle sera accompagnée d’une purée de carotte à l’orange, de petits navets glacés et d’une sauce crémeuse dans laquelle on aura ajouté une louchette de Jurançon moelleux.

Prix départ caveau : 15,20€ TTC.

En dessert

Là, ce n’est pas un secret, le Jurançons moelleux se marie idéalement avec les desserts. On est ici sur la même cuvée Symbiose que la mise en bouche mais sur un millésime 2017. C’est intéressant de comparer les deux verres, surtout que l’assemblage et la vinification sont identiques. La robe est déjà plus dorée, comme de la paille. Au nez au retrouve les senteurs exotiques avec une touche supplémentaire de fruits confits. En bouche, la vivacité est toujours là et c’est bien agréable. Le liquide est plus concentré, il a évolué pour proposer le meilleur du fruit, c’est vraiment très beau.

Il aurait été facile de s’orienter sur le chocolat bien sûr. Je te propose ici une autre option, quelque chose d’un peu pêchu, un ananas victoria rôti au miel, aux épices et déglacé au citron yuzu. Je vais le servir avec une quenelle de brousse de brebis légèrement fouettée.

En voilà un beau programme n’est-ce pas ? Comme quoi, quelques hectares suffisent à produire de belles choses.

Prix départ caveau : 12,60€ TTC.

En savoir plus :

https://www.domaine-bayard-jurancon.fr/

Toutes les photos :

A propos bOb

A lire également

Les Salins du Midi, du sel et aussi du vin

En tant que fervent défenseur de nos Salins du Midi dont j’utilise les sels chaque …

Laisser un commentaire