Balade Gourmande aux Grès de Montpellier, la ville buissonière

IMGP0048

Peut être que dans 20 ans je pourrais dire, tel un vieux con que j’y étais à la première édition de cet événement !

De quoi s’agit il me direz vous ? Il s’agit tout simplement d’un concept qui commence à se répandre dans la région consistant à allier une balade avec une dégustation vigneronne et avec un bon repas. Les grands précurseurs dans la région, la référence, ce sont bien sur les vignes buissonnières organisées par le syndicat des vignerons du Pic Saint Loup et les Coteaux du Languedoc.

Le principe est simple, il y a plusieurs étapes qui donnent lieu à une visite et une découverte de lieux, à la dégustation d’un plat et enfin à la dégustation de plusieurs vins de plusieurs producteurs. Ce sont les viticulteurs eux mêmes qui font déguster leurs cuvées. C’est le traiteur Grand qui s’est chargé de la préparation des différents plats de cette dégustation.

Etape 0 : Le départ

Le départ s’est fait sur la place de la comédie directement, devant l’office de tourisme. On paye et on prend le kit du parfait petit dégustateur : un chapeau pour le soleil, un sac en bandoulière, une fourchette, un couteau, une cuillère, un calepin, un crayon et bien sur un verre à vin. On en profite avant le départ pour déguster un efficace effervescent, une blanquette de Limoux du château Saint Salvadou (premier millésime, zéro dosage, petite production). Un premier bon point. Limoux ?? Étonnant dans une balade des Grès de Montpellier ne trouvez vous pas ? Pour cette première édition, ils ont invité les vins de Limoux à présenter leurs vins, ça va apporter des bulles à cette journée.

C’est parti …

Etape 1 : La Salle de Pétrarque
Mise en bouche surprise signée par Eric Cellier

IMGP0030

Un très bel endroit que je ne connaissais pas en plein cœur de l’écusson de Montpellier. La petite cour intérieure où se trouvait les vignerons et la belle cour (voir la photo de mes amis en haut de l’article) où on a pu déguster la mise en bouche sont magnifiques.

IMGP0034

Les vignerons présents sont de bonne humeur avec une Diane Losfelt, la propriétaire du château de L’Engarran, en grande forme pour présenter son rosé tradition 2012. Un rosé de saignée assez vineux mais tout en fraîcheur. Pour un béotien des vins rosés comme moi, je l’ai trouvé bien accessible. Mon coup de coeur sur cette étape va sans hésitation vers le rouge du Clos Sorian 2009. Un rouge voluptueux tout en rondeur sur des fruits mûrs, tout ce que j’aime.

IMGP0045

Concernant la mise en bouche il s’agit d’une eau de tomates marinées surmontée d’un macaron au basilic. En textures c’est une bonne idée d’avoir conçu cette eau avec le croquant et le moelleux du macaron. En bouche, l’eau est très puissante mais il a été difficile, voir impossible, de trouver le goût du basilic dans le macaron, dommage.

Etape 2 : Pierre Rouge
Chichoumeille à l’huile d’olive, oignons doux des Cévennes et Asperge verte de Camargue

IMGP0052

Voila la première claque de cette balade, Pierre Rouge. Il s’agit d’un ancien collège privé catholique qui a déménagé depuis. On y entre en découvrant une bambouseraie, on y découvre également une chapelle magnifique ! Un lieu pareil à quelques pas de la comédie c’est exceptionnel et c’est surtout une grande chance d’avoir pu le découvrir lors de cette balade.

IMGP0063

Le panel des vignerons est large sur cette étape, on y a passé pas mal de temps et discuté avec de nombreux vignerons. Nous n’étions pas tous d’accord mais mon avantage va vers le Clos de l’Amandaie avec un blanc du même nom sur un millésime 2012. Je trouve que le travail sur la vigne et sur la vinification se ressent directement dans le verre, c’est précis, fin et équilibré. Mes co-dégustateurs ont été agréablement surpris par la cuvée « La sommelière » 2012, un vin blanc du Château de Flaugergues avec qui nous avons discuté longuement, très sympa.

IMGP0073

Du coté de l’entrée, c’est une ratatouille surmonté d’une crème fouettée aux asperges. Ca ne restera franchement pas dans mes meilleurs souvenir de cette journée.

Etape 3 : L’Internat d’Excellence
Cocotte de seiche fondante au bouillon d’étrilles, persil frais et nage de croûtons grillés

IMGP0077

Encore un lieu atypique pour cette troisième étape avec l’internat d’excellence, lieu qui donne la chance à des jeunes issus de quartiers défavorisés d’accéder à des grandes études. En accédant aux grandes études ils accèdent aussi à un lieu splendide, un cadre de travail idéal. Je ne m’attendais pas à ça.

Dans le verre, j’ai à peu prés goûté à tout : château Saint Martin de la garrigue, château bas d’Aumelas, château Claud Bellevue, domaine de Terre Megère, Le chemin des rêves, etc. Mais, après coup, mes papilles n’ont pas eu de buzz foudroyant que je pourrais vous décrire ici.

IMGP0085

Coté poisson, il y a une erreur sur le titre, l’adjectif « fondante » n’était pas du tout approprié, la métaphore de la semelle aurait été plus adéquate. En revanche la sauce était bien addictive, dommage (re).

Etape 4 : La Faculté de Médecine
Le plat de Montpellier

IMGP0094

Re re re re claque en pénétrant dans ce lieu. Décidément la force principale de cette balade ce sont vraiment les lieux. C’est époustouflant, après avoir traversé le pont d’accès on découvre en contrebas la cour qui accueille la dégustation sous un porche. Au dessus de nous se dresse des tours et des monuments qui imposent le silence, c’est beau.

Pour accompagner ce mouton c’est du rouge qu’il y a dans les bouteilles. Pour ma part, bingo direct pour deux vins rouges, la cuvée « huit clos » 2011 du Clos de l’Amandaie (encore) et la cuvée « Grenat majeur » 2010 du Château de l’Engarran (encore), ce qui confirme que ce sont deux beaux domaines même si la grosse machine de l’Engarran n’est pas ce que je préfère en terme de démarche commerciale.

IMGP0101

Coté viande, en voyant « le plat de Montpellier » sur le programme je savais à quoi m’attendre, la fameuse Clapassade qui a tant fait polémique. Je n’y avais jamais goûté  il faut dire que je ne connais pas de restaurant qui la propose contrairement aux ambitions d’origine. Pour résumer il s’agit d’un ragoût de mouton parfumé à la grisette de Montpellier, petit bonbon à la réglisse. Je n’ai pas retrouvé les arômes de la grisette mais le plat était très bon, la viande était bien fondante cette fois ci.

Etape 5 : L’Hôtel Haguenot
Rencontre du Pélardon et Vazereau du pays de Rabelais, brochettes de fruits secs

IMGP0110

Bon je ne vais pas vous refaire le coup de la claque … mais plutôt de l’uppercut lorsque nous avons pénétré dans cet hôtel particulier. Nous n’avons pas vu l’intérieur mais le jardin, juste à coté du peyrou, est un havre de paix propice à la détente.

Pour accompagner le fromage, une première mention spéciale pour le domaine de la Triballe à Guzargues avec un blanc, la cuvée Aphyllanthe 2011. C’est un blanc gras qui accompagne très bien le coté sec de la brebis. Une deuxième mention spéciale pour la cuvée rouge « Amélius » du château d’Exindre sur une millésime 2010. C’est une belle Syrah bien enrobante qui révèle parfaitement les saveurs et les sucres des fruits secs.

IMGP0117

Ici c’est la pause fromage / fruits secs, rien d’exceptionnel mais bien agréable surtout que nous avons eu un peu de bonus (hé hé).

Etape 6 : La Maison des Relations Internationales
Flaune Aveyronnaise à la brousse de brebis et velouté de fraise
Café

IMGP0125

C’est la dernière étape, il est déjà tard et nous … déjà en retard, je sens que mon retour à la maison avec 2 heures de retard et l’haleine vineuse ne va pas se faire sous les acclamations de joie de mon épouse. Cette sensation s’est confirmée par la suite. Concernant la maison des relations internationales, nous avons dégusté le dessert dans les jardins qui donnent sur l’esplanade de la comédie. Evidemment, il n’y a plus de suspens, c’est un lieu magnifique.

C’est la dernière étape, j’ai le palais qui dit stop, j’ai besoin de sucre. Je me lance tout d’abord dans le muscat moelleux du château d’Exindre nomé « Vent d’Anges ». Un vin de dessert tout en subtilité qui fait la part belle à l’acidité, c’est une réussite. Je termine ma dégustation par un fond de la dernière bouteille de la cuvée JBF 2012 de la maison Jean Baptiste Fau de Limoux. un effervescent avec un degré d’alcool très sage (8° il me semble) qui lui permet de conserver une sucrosité naturelle idéale sur les desserts. Dès que je croise la route de cette dernière bouteille elle terminera dans ma cave c’est une certitude.

IMGP0129

On dit souvent qu’un bon repas doit se terminer sur un bon dessert car c’est le dernier souvenir qu’on conservera en partant. Autant le repas fut plutôt moyen, autant le dessert éclaboussa cette dernière étape par sa qualité. Je me suis éclaté les papilles avec ce cheese-cake Aveyronnais à la brousse de brebis.

Conclusion

Pour une première, je tire mon chapeau (de paille) aux organisateurs, c’est une réussite, nous avons passé une très bonne après midi. Les 300 personnes de cette premières édition doivent certainement être du même avis que moi. En sus des lieux, j’ai surtout apprécié la disponibilité des viticulteurs et leurs envies de nous faire découvrir leurs créations.

A l’année prochaine j’espère !

http://www.gres-de-montpellier.com/blog/2013/03/balade-gourmande-aux-gres-de-montpellier-12-mai-2013

5 thoughts on “Balade Gourmande aux Grès de Montpellier, la ville buissonière

  1. Anonyme
    23 mai 2013 at 11 h 27 min

    Bob en présentateur de  » Des Racines et des Ailes » maintenant ! ça fait envie en tout cas ! tachons de convaincre Dimitri pour l’an prochain ! 😉

  2. bOb
    24 mai 2013 at 22 h 43 min

    T’as réussi à le convaincre d’aller à Port Aventura, je pense que tu as les arguments nécessaires pour l’année prochaine.
    Je n’ai pas compris la référence à l’émission « Des Racines et des Ailes », désolé, je suis un boulet : )

  3. Valouchaka
    29 mai 2013 at 11 h 19 min

    C’est juste que le coté « on découvre le patrimoine caché de Montpellier » ça m’a fait pensé à cette emission, que j’adore ! 🙂

  4. Nathalie
    31 mai 2013 at 15 h 18 min

    Je suis une vraie Montpélliéraine (né, grandie et j’y vis!) et j’ai été dégoutée d’apprendre que j’avais manqué ce rendez-vous qui avait l’air super sympa. J’aurai aussi aimé découvrir toutes ces perles cachées dans ma ville. J’ai fait une balade gourmande basée sur le même principe exactement à Rasteau (petit village du Vaucluse) le 19 mai dernier, donc je suis vraiment passée à côté! Même si je trouve le prix élevé (j’ai payé 38€ pour Rasteau et je trouvais ça déjà cher), je pense que je participerai à l’édition de l’année prochaine. Merci pour ce joli récit qui m’a fait envie 😉

  5. bOb
    31 mai 2013 at 22 h 49 min

    Finalement je me rends compte que la communication sur cette balade à Montpellier n’a pas été très bonne, personne n’était au courant. A noter dans les agendas pour l’année prochaine.
    Rasteau … il y a du bon vin par là bas, j’imagine que la balade fut bonne. Je vais aussi me renseigner pour l’année prochaine 🙂

Laisser un commentaire