Ceuillette de la pomme Tentation, j’y ai cédé les yeux fermés

DSC_0275

Samedi matin, je me réveille, je suis à Angers et je m’apprête à aller cueillir le fruit défendu, le fruit de la tentation, je veux bien sûr parler de la pomme. Mais bOb, pourquoi faire autant de kilomètres pour aller ramasser des pommes ? Tout simplement car, tel Christophe Colomb, il faut savoir faire de longs voyages pour trouver des trésors. Ce trésors ci, il se présente dans son écrin de feuille et il a le pouvoir de faire chavirer les papilles des gourmands que nous sommes.

DSC_0170

Je découvre alors un univers plus vaste que ce que je ne le pensais. La pomme me paraissait être un des fruits les plus simples mais il n’en est rien.
– Sa création tout d’abord, c’est souvent l’oeuvre de passionnés (Mr Delbard pour la Tentation) qui comme pour les roses arrivent à trouver la symbiose parfaite entre plusieurs variétés. Ici, la Tentation est le résultat du croisement d’une Golden et d’une Griffer, il y a 20 ans déjà.
– Sa production, c’est un travail constant sur l’ensemble de l’année, que ce soit sur l’arbre en lui même ou sur les fruits. Il y a notamment un gros travail d’éclaircissement qui permet de retirer une grande partie des fruits lorsqu’ils sont encore petits afin que les pommes restantes soient belles, grosses et bonnes. Il y a également, et c’est peu connu, un appel à nos amies les abeilles qui viennent butiner chaque fleur de chaque arbre, la pollinisation, la vie.
– Sa récolte, qui se fait manuellement car toutes les tentatives d’automatisation ont échouées. Elle se fait surtout délicatement, le moindre choc va marquer le fruit. Même le tri est précis via des tapis d’eau pour ne pas la brusquer.
– Sa conservation, qui doit se faire de manière très surveillée, sous atmosphère protectrice afin de pouvoir en proposer à la vente sur une grande partie de l’année. C’est un fruit longue conservation si on s’en occupe bien.

DSC_0390

Nous voilà donc plongé dans les pommiers de Mr Bellard à Sainte Gemmes sur Loire avec 6 autres blogueuses (Aude, Carine, Stéphanie, Françoise, Nathalie et Angélique) pour découvrir les secrets de la cueillette du fruit. Vous savez quoi, il ne faut pas simplement tirer dessus. Il faut le faire basculer vers le haut au niveau du pédoncule pour qu’il se détache sans forcer. C’est amusant, bon j’imagine que les saisonniers ramassent plus que 2 pommes à la minute et doivent trouver ça un peu moins drôle à la longue. Pour nous c’était trop bien, surtout sous un soleil éclatant, une température idéale, en compagnie de gens tous sympathiques. Merci d’ailleurs aux membres de l’association Tentation pour l’invitation et surtout à Marielle et Maïté pour l’organisation. Et merci et bravo à ma femme Sophie pour ses photos toutes parfaites, j’ai eu du mal à choisir.

DSC_0424

Passons à la partie culinaire de cette pomme. Pour commencer nous la goûtons à crue, ça nous permet de découvrir une chair ferme, juteuse avec un bon sucre et une finale en bouche légèrement acidulée. La saveur anisée est une des caractéristiques de cette pomme. Après notre repas convivial au milieu des vergers nous avons pu la déguster cuite sous forme d’une tarte. C’est une pomme idéale pour les cuisiniers car elle tient très bien la cuisson, elle reste ferme. Enfin, le jus de pommes 100% Tentation est juste un pur délice. J’en ai une bouteille au frais que je me languis de boire.

La suite de cette aventure va se matérialiser par la publication de recettes Tentation dans le cadre d’un concours de cuisine avec les autres blogueuses présentes. J’ai pleins d’idées, je vais bien m’amuser.

La pomme Tentation est disponible à la vente à partir du 24 octobre, dans 10 jours exactement.

En savoir plus :

http://www.pomme-tentation.com/

Plus de photos :

 

Commentaires sur “Ceuillette de la pomme Tentation, j’y ai cédé les yeux fermés

  1. CarltonB
    15 octobre 2014 at 11 h 23 min

    Quel beau récit, je ne connaissais pas cette pomme.

Laisser un commentaire