Dégustation du Château L’Evêché – Saint-Emilion

20160317_210941

Dans le vaste monde des Bordeaux, s’il y a bien une appellation que j’aime c’est le Saint-Emilion. La présence prédominante du Merlot dans les vins de cette rive droite de la Garonne est certainement une des raisons de cet amour. Je trouve que ce cépage rend ces vins très accessibles, ça s’est confirmé lors de cette dégustation du Château l’Evêché.

20160317_211704

Un concept

L’histoire de cette dégustation commença par la réception d’une invitation pour une soirée « Fashion & Wine » dans un bar à vin de Montpellier, Les Tanins d’Abord. Prochainement je vais dédier un article à ce lieu car il mérite largement de figurer dans mes coups de cœur.
Après les soirées Jazz & vins, je trouve que le concept d’associer une dégustation de vin avec le monde de la mode est une bonne idée. Le Saint-Emilion s’accommode très bien de cette image chic et classe. D’ailleurs, le château l’Evêché a déjà réalisé des cuvées spéciales pour Sonia
Rykiel (Evêché 2000), Paco Rabanne (Evêché 2001) et Agnès B (Evêché 2003).
Concernant la partie wine, je vais en parler ci-après, pour ce qui est de la partie Fashion, nous avons pu accéder à une partie de la nouvelle collection de la marque française Elora. Cette marque a la particularité de proposer un système de vente directe à domicile, sans intermédiaire. Faire du shopping chez soi, entre amies, dans une ambiance sympa, chic et détendue, c’est quand même déjà un certain luxe. En plus, Delphine sur Montpellier est adorable.

20160317_213648

Le vin

Au programme de cette dégustation, 4 vins, 3 rouges et un blanc.
Nous débutons par le blanc, un 2011 sur un assemblage Sauvignon blanc (2 tiers) et Sémillion (1 tiers). La robe est pâle, presque endormie dans le verre. Ce mystère donne envie d’aller plus loin. Je commence par laisser les arômes remonter et atteindre mes cellules olfactives. Il faut se méfier de l’eau qui dort, il est très expressif et frais. Je le laisse maintenant se dégourdir sur mon palais avant de l’avaler, mes yeux s’écarquillent de surprise, je suis déstabilisé. Ce blanc possède sa propre signature, très atypique, j’aime ! Il détonne par sa puissance et sa panoplie de saveurs (dont un léger fumé certainement apporté grâce au vieillissement en fût) et il me régale par sa fraîcheur et son acidité.

20160317_214141

Nous continuons avec un Bordeaux qui n’a pas l’appellation de Saint-Emilion, la cuvée Origami 2012. C’est ce qu’on appelle un second vin dans le Bordelais, le petit frère de la star. La robe est pourpre soutenue, le nez est exceptionnel, il donne tout sans retenu, A ce moment là je dis whaou ! En bouche il continue à m’impressionner par son équilibre général, le petit frère est déjà grand, il a déjà mué, il est fort, athlétique et il a même de la barbe ! J’adore ce vin !

20160317_215323

Mon verre se remplit maintenant d’un autre liquide sombre, celui du Château La Chapelle-Lescours 2011, un premier Saint-Emilion Grand Cru qui appartient au Château L’Evêché. La robe est épaisse mais il est moins expressif au nez que l’Origami, il est plus dans la retenue. En bouche, de même, il est plus la réserve, dans la douceur malgré une belle puissance. Tout ceci lui confère une certaine classe, la force tranquille.

20160317_220024

Dernier verre avec la star de la soirée, le Château L’Evêché 2011, un Saint-Emilion Grand Cru. Dans cette bouteille tout est fait dans les règles de l’art sur les plus vieilles vignes du Château, de la culture à la vendange jusqu’à la vinification. Le nectar tourne dans le verre, les larmes sont épaisses, il y a de la matière. Aucune trace d’oxydation, en même temps il est encore jeune, c’est un vin qui a un potentiel d’une vingtaine d’années. Au nez, il est enveloppant et bien mûr, presque masculin. En bouche, il est une sorte de compromis entre l’Origami et La Chapelle-Lescours, à la fois très vivant et extraverti mais avec une belle dose de classe. Ici le tanin est plus présent mais bien équilibré par le long élevage en fût. Je voudrais bien le goûter dans une dizaine d’années.

En bonus, si vous aimez le rosé, cette année sort la première cuvée Origami rosé que j’ai pu goûter juste après la mise en bouteille et qui a su me convaincre car il reste suffisamment vineux pour moi, je n’aime pas le « rosé de plage ».

Pour trouver ces vins, il y a quelques cavistes qui les proposent. On peut également les déguster dans de nombreux restaurants. Mais, si vous êtes sur Montpellier, n’hésitez pas à me demander je peux vous donner le contact d’Arnaud qui s’occupe de la commercialisation du Château. Maintenant il ne me reste plus qu’à m’acheter quelques bouteilles pour ma cave.

http://www.vignobles-cg.com/les-domaines/

Des photos en plus :

Laisser un commentaire