Mes 3 vins du mois de février 2019

Des bulles

Nous voilà dans le troisième numéro de ma série « Les 3 vins du mois… », je commence vraiment à apprécier cette rubrique.

Février c’est la Saint Valentin, rien de tel que les bulles pour venir émoustiller les papilles des amoureux. Il y a le Champagne bien sûr, mais pas que, c’est pour ça que je vais faire un focus vers des appellations effervescentes qui méritent un focus. Il s’agit de la famille des Crémants de France, je parle de la famille car il y a 8 appellations de Crémants en France : Alsace, Bourgogne, Loire, Limoux, Jura, Bordeaux, Die et Savoie. Il faut savoir que les Crémants ont beaucoup de similitudes avec les Champagnes, notamment la méthode de fabrication dite traditionnelle ou Champenoise, qui consiste à provoquer une deuxième fermentation dans la bouteille qui permettra l’obtention des bulles. Merci Mr Dom Pierre Perignon à qui on attribut la mise en place de cette méthode.

Crémant de Loire – Domaine Louis de Grenelle – Blanc de Noir

Ce premier vin est un blanc de noir, ça signifie que c’est un effervescent blanc fabriqué à partir de raisins noirs. Il est produit à Saumur par ce domaine familial Louis de Grenelle, dont c’est actuellement Françoise Flao qui en est à la tête. De nombreuses personnes s’y sont succédé vu qu’il existe depuis 1859, rien que ça.
Ces bulles sont produites uniquement à partir d’un seul cépage, le Cabernet Franc.

Visuel : Il étale une robe légèrement dorée et fait directement apparaître de fines bulles qui viennent éclore en surface sans discontinuer.

Nez : J’ai toujours du mal à identifier le nez des vins à bulles, celui-ci s’est quand même laissé approcher. Il m’a fait penser à un bouquet de fleurs séchées.

Dégustation : En bouche, il dégage une belle intensité sur divers arômes, l’amande mais aussi l’acacia. La finale, assez courte, laisse une sensation vanillée sur la langue. Ces différents arômes confèrent à ce brut une certaine douceur. On en redemande.

Accord : J’ai pour habitude de dire qu’on peut faire un repas complet avec des bulles. Je persiste et je signe. Ce Blanc de Noir je l’ai servi avec une bûche maison (ML&M) au praliné. Le brut de ce vin est venu s’emboîter parfaitement avec le sucre du gâteau, sans s’y opposer non plus via ses aromatiques gourmandes.

Prix : 9,40 € (départ cave)

En savoir plus :

https://www.louisdegrenelle.fr

Crémant de Bourgogne – Domaine d’Heilly & Huberdeau

Ce deuxième Crémant nous amène en Bourgogne, au domaine d’Heilly & Huberdeau, où depuis 1978, Pierre et Martine cultivent leurs vignes et élèvent leurs vins en suivant les règles des cahiers des charges de l’agriculture biologique. Ils sont certifiés depuis 1983 ! Leur domaine est à taille humaine car il représente 5,5 hectares, il est situé au cœur de la grande Bourgogne, dans le hameau de Cercot en Côte Chalonnaise, la terre des Mercurey, Givry et autres Montagny. 
Ce Crémant est élaboré à partir de 3 cépages, 2 blancs et un rouge, le Chardonnay, l’Aligoté et le Pinot Noir.

Visuel : La robe est jaune pâle, légèrement cuivrée. Les bulles sont très présentes, on dirait un petit volcan.

Nez : Le nez est intense, il remonte des douces odeurs de pêches mûres et d’abricots secs.

Dégustation : Ce vin « passe tout seul », c’est le résumé de la majorité des convives de ce repas. Il offre une superbe rondeur et nous nourrit de gourmandise grâce à des notes beurrées qui font mouches. Il n’en reste pas moins vineux et pourra procurer du plaisir à tous les amateurs des Crémants Brut.

Accord : Il est lui aussi tout terrain. Il peut sans problème accompagner des recettes puissantes. Pour ce repas, il est venu s’associer avec un plat Brésilien, le Bobó de camarão, un plat peins de saveurs et d’épices, qui a la particularité d’être composé de Manioc au goût unique. Les bulles rehaussent le goût de chaque ingrédient, il fait office d’exhausteur.

Prix : 11,30 € (départ cave)

En savoir plus :

https://www.dheilly-huberdeau.com/

Crémant de Bordeaux – Ballarin – Cuvée Noble

Celene Bordeaux est né du regroupement de la maison historique de Crémant de Bordeaux (autrefois nommée Ballarin), et des vignobles Lannoye. Ces derniers sont constitués de trois domaines sur la Rive Droite de la Garonne et situés en appellation Castillon Côtes de Bordeaux, Puisseguin Saint-Émilion, et Saint-Émilion Grand Cru.
Ce Crémant rosé est réalisé à partir de deux cépages rouges typiques du Bordelais, le Cabernet Franc et le Merlot.

Visuel : C’est un vin désirable, il est sexy et limpide dans le verre, rosé croquant, et présente des bulles fines, élégantes.

Nez : Au nez, il offre des notes de pomelo et de petits fruits rouges frais. On a encore plus envie d’y croquer dedans !

Dégustation : En bouche ses bulles s’échappent en un rien de temps, il est vaporeux et laisse une sensation mousseuse qui vient titiller le palais. On retrouve le pomelo et la fraise juste écrasée. Pour un Brut il est gourmand par ces sensations sucrées qui se tiennent jusqu’à la finale.

Accord : C’est un vin idéal pour l’apéritif ou le dessert. Pour ce repas, on l’a dégusté sur une entrée à base de foie gras et de potimarron. Il s’est très bien comporté car il est venu atténuer la puissance de cette recette et il a allégé le gras du foie de canard, un succès !

Prix : 6,80 € (départ cave)

En savoir plus :

https://celene-bordeaux.fr/

A très vite pour mes 3 vins du mois de mars.

Laisser un commentaire