Restaurant Le Trident à Carnon

Le Trident

Wikipédia : 

Le trident est une arme antique, dotée de trois pointes (d’où son nom de trident, qui veut dire « trois dents »), et d’un long manche (c’est ce que l’on appelle une arme de hast). Il ressemble un peu à une fourche, mais, contrairement à celle-ci, les pointes ne sont pas recourbées.
Le trident s’utilise un peu comme une lance : on le plante dans le corps de son ennemi. C’est avant tout une arme de pêcheur : il sert à transpercer des poissons. Aujourd’hui, certains plongeurs utilisent d’ailleurs un trident plutôt qu’une flèche pour attraper des poissons avec leur fusil sous-marin.
Le trident du pêcheur est aussi le symbole de Poséidon, dieu de la mer dans la mythologie grecque, puis de Neptune, dans la mythologie romaine. C’est aussi l’un des symboles du dieu hindou, Shiva.
Durant l’époque romaine, le trident était l’arme d’un gladiateur, le rétiaire, qui combattait avec un filet, un trident, et un poignard, mais pas de bouclier.

Pour la majorité des français, un trident c’est tout ça, pour moi, maintenant, il aura une tout autre résonance dans ma mémoire gourmande, il représentera désormais des souvenirs d’un excellent repas, en amoureux avec ma douce, dans un restaurant au bord de l’eau, sur le port de Carnon, proche de Montpellier : Le Trident !

Il y a qui en cuisine ?

Si j’ai eu une envie irréversible de me rendre dans ce restaurant c’est surtout grâce à son chef / gérant, dont je connaissais le talent en matière de très bonne cuisine. Ce chef c’est Matthieu Guillet, amoureux du terroir et de notre cuisine méditerranéenne, il sait respecter le produit tout en lui apportant sa touche originale et créative qui va le sublimer. Matthieu je l’ai connu dans les cuisines de mon ami Pierre-Olivier Prouhèze avec qui il a collaboré durant de nombreuses années.

Depuis le début d’année 2017 il a pris sont envol en ouvrant son propre restaurant, Le Trident. C’est un défi pour lui et il s’y est engagé à 4000%, le résultat est plus que concluant. La salle est belle, grande, classe, la terrasse offre une vue sans vis à vis sur les bateaux qui ondulent doucement sous le roulis des vagues. Sa carte est une réussite, je t’en parle plus bas, et elle s’accompagne d’une carte des vins intelligente et accessible.

Le port de Carnon n’est pas un lieu réputé pour sa grande cuisine, il y a beaucoup de restaurants « touristiques », je ne critique pas hein, il y a de la place pour tout le monde. J’estime qu’il était enfin temps de pouvoir aussi s’offrir un repas de qualité sur ce port. Je l’ai souhaité, le Trident l’a fait !

Il y a quoi sur la carte ?

Commençons par les prix, comme ça, c’est fait.

Le soir :
– Entrée, plat, dessert 34 €
– Entrée, plat 28 €
– Plat, dessert 28 €

Le midi (du mercredi au samedi) :
– Entrée, plat, dessert 24 €
– Entrée, plat 20 €
– Plat, dessert 20 €

La carte propose 5 entrées, 4 plats et 5 desserts (dont un fromage).

Les plats changent régulièrement afin de suivre les rythme des saisons. Pour ce repas, après la mise en bouche, en entrée, ma douce a opté pour le carpaccio de poulpes, sauce vierge du Chef et bouquet de mesclun. On adore le poulpe, le plaisir fut grand tant cette assiette était gourmande à souhait avec beaucoup de goût.

Moi, j’ai été intrigué par le bœuf mariné façon gravelax, tuile de vieux Rodez et pickles de légumes. Il a vraiment travaillé le bœuf comme un saumon en l’enrobant de longues heures dans une marinade afin qu’il cuise grâce à cette dernière. C’est juste bluffant, je pense que je vais le tenter à la maison !

En plat principal ma blogueuse a opté pour la lotte rôtie, risotto aux herbes et olives noires. En bonus, deux beaux couteaux trônaient dans l’assiette. J’ai eu le droit, après d’âpres négociations, de goûter cette assiette. Avec un assaisonnement parfait et une cuisson millimétrée (du poisson, du risotto et des couteaux), ce plat respire la méditerranée, il est généreux, iodé et plein de soleil.

J’ai été attiré par la mer moi aussi, ce filet de sar grillé, légumes croquants, frites de panisse et bouillon de coquillage m’a fait de l’œil. La panisse est une spécialité provençale à base de farine de pois chiche, il a apporté du croustillant et un goût relevé dans cette assiette. Le fondant du sar, poisson peu utilisé, et le croquant des légumes, complètent l’harmonie du plat.

En dessert, elle fit le choix du mi-cuit chocolat et pêche, coulis de noisette et glace vanille. La pêche dans le mi-cuit est une première réussie pour nous. Moi, en pleine saison de ce fruit, j’ai craqué pour l’abricot rôti au romarin et au miel accompagné de sa glace à l’abricot. C’est une association plus classique et en même temps elle fonctionne à merveille.

Mon conseil vis à vis du Trident

Mon conseil, il est assez simple, c’est d’y aller ! Tu ne seras pas déçu, c’est une certitude, tu peux y aller les yeux fermés et la bouche ouverte. Tu y seras bien en amoureux, mais aussi en famille (il y a un menu enfant), entre amis, ou pour un repas professionnel.

Pour ma part, en écrivant cet article je viens de découvrir la nouvelle carte, le tartare de canard aux saveurs d’Asie et chantilly fumée fait clignoter mes papilles !

Pour terminer, en discutant avec le chef et en visitant sa cuisine, j’ai pu découvrir qu’on a un point commun. Matthieu, comme moi, est passionné par la belle vaisselle, il dispose d’une belle collection d’assiettes, des noires, des rondes, des carrés, des longues, des en verre, des creuses, des plates, des bols … j’avoue, je suis battu !

En savoir plus :

https://www.letrident-restaurant.fr/

Toutes les photos :

Laisser un commentaire