Une étoile dans le ciel de Gignac (Hérault)

Celui ci aussi il y avait bien longtemps que je voulais m’y rendre ! Matthieu de Lauzun, le plus jeune chef étoilé de France y tient son établissement qui porte son nom. On nous promet de l’audace culinaire, je vous propose de découvrir ce que nous avons pu déguster ce soir là.

Fiche d’identité du lieu :

Nom : Restaurant de Lauzun

Chef : Matthieu de Lauzun

Distinctions : 1 macarons au guide rouge et 3 toques G&M

Prix du menu : 3 menus à 44€, 61€ et 76€.

Pour la partie tout aussi importante des alcools, nous avons opté mon épouse et moi pour une bouteille d’un liquoreux du domaine Calage Resseguier (Ficus). De mon coté j’ai également opté pour la formule accord mets et vins du menu confiance : 30€ pour 4 verres de vin, une très bonne affaire ! Je détaillerai ces 4 vins dans la suite de l’article. A noter un très bon point : le sommelier semble très compétent, je vais passer une bonne soirée !

Comme c’est beaucoup le cas dans ce type d’établissement nous commençons les festivités par une mise en bouche … 2 en fait. Sur votre droite du maquereau accompagné d’une crème au wazabi non piquant. Sur votre gauche une crème de haricot coco, émulsion gingembre (si mes souvenirs sont bons). La soirée commence particulièrement bien.

J’enchaine avec mon entrée autour de la brandade de morue, de truite biologique mi cuite, de citron et de pommes, plus quelques coquillages. Très belle entrée vous pouvez le constater par vous même et surtout du goût sur chaque centimètre carré de l’assiette ! Je veux bien une deuxième assiette s’il vous plait ! Pour accompagner ce plat, Alexandre le sommelier me sert un blanc, les Cocalières du domaine d’Aupilhac 2010, bel accord en contre balance du plat.

Mon épouse quand à elle s’est contentée de « La tranche de foie gras de canard poêlée, compression de boudin noir et pomme fruit. Vinaigrette de Granny Smith et croquette de tête de veau ». Elle goûte – Je la regarde – Elle me regarde – Je la regarde – Elle sourie, ses yeux brillent – Bref, elle aime.

Voici maintenant aux poissons de rentrer sur scène. 2 assiettes presque identiques pour mon épouse et moi seul le poisson change, du cabillaud pour moi, du bar pour mon épouse. Le poisson est crouté aux herbes et il est accompagné de gnocchis, d’une tombé d’épinard et d’un jus et condiment au chorizo. Pour accompagner ce poisson on m’a offert un Macon Village blanc 2009 du domaine Domaine Guillemot-Michel. Encore une fois un accord sans faute, plus puissant, en support du plat.

Bon, avec tout ce qu’on mangé il est certainement l’heure de l’addition. On nous informe qu’il reste encore la viande et le dessert. Il est très rare dans un restaurant étoilé de cumuler la beauté, la qualité et la quantité. Ici c’est le cas, les assiettes sont généreuses, de quoi combler tous les appétits.
Donc, voici la viande avec de mon coté « LONGE DE VEAU rôti au poêlon, cannelloni au parmesan et condiment à la tomate séchée. Échalotes confites au jus ». Un plat tendre comme le veau et le cannelloni et corsé comme le parmesan et le jus réduit à souhait ! Pour accompagner ce plat on me propose un Pradel 2009 du domaine de la Terrasse d’Elise, vin que j’affectionne tout particulièrement. Du coup, Alexandre ne souhaitant pas que je reste sur mes acquis me propose de goûter un Roc d’Anglade rouge 2009. Certainement un des meilleurs vins du Gard. Je n’ai pas boudé cette occasion ! C’est effectivement le meilleur vin du Gard qu’il m’a été donné de goûter ! … je n’ai même pas essayé de savoir s’il allait bien avec le plat, je crois que je l’ai bu tranquille après avoir terminé l’assiette !

Pendant ce temps là ma chère et tendre s’est laissé tenter par « Poitrine de pigeon du mont Royal rôtie, endive confite au lard fumé et purée de panais à la moutarde ». Ca y est, elle aime les endives cuites. Petit bémol sur la purée de panais à la moutarde avec une puissance trop importante pour elle.

Hop, un petit pré-dessert à base de chocolat noir et blanc et de miel. C’est bon.

Arrivé du dessert (identique pour mon épouse et moi) : « Petite tarte aux fraises de l’ Hérault, fondant à la pistache et gelée de Carthagène. Sorbet au fromage blanc’. Accompagné d’une coupe de champagne pour moi, fraises / champagne, trop facile.

Est-ce-que je conseillerais ce restaurant : ma réponse est oui !

Les plus :
– l’originalité des plat, c’est vraiment très bon
– la gourmandise des plats
– le service des plats et du vin
– les formules avec accord mets et vins

Les moins :
– pas d’extérieur pour l’été, c’est dommage
– on n’a pas vu le chef, timide ?

http://www.restaurant-delauzun.com

 

Commentaires sur “Une étoile dans le ciel de Gignac (Hérault)

  1. Marie
    30 juillet 2013 at 15 h 17 min

    tu dois faire peur car nous on y allé déjà deux fois et à chaque fois le chef est venu nous parlé, il n’est donc pas timide ….:)

Laisser un commentaire