Mon resto à moi d’un soir, le Krogen d’Ikea à Paris

20160615_190429

2016 aura clairement été marquée par cette journée du 15 juin, celle où j’ai été à la tête d’un vrai restaurant pour un seul et unique service. Si vous me suivez vous comprenez que je veux parler du Krogen à Paris, le restaurant éphémère lancé par la célèbre marque suédoise IKEA. Ce restaurant a vécu du mardi 5 juin au samedi 25 juin, soit un total de 15 services avec à chaque fois un chef amateur différent. Parmi ces 15 amateurs passionnés de cuisine, il y a bibi, enfin moi quoi, bOb, bobinou.

20160615_224926

Il était une fois

Tout a commencé par une annonce du concours sur le net, c’est ma copine blogueuse Céline qui m’a fait passer l’info. Je pense ne pas avoir hésité bien longtemps pour me lancer dans l’aventure, ça ne coûte rien, il suffit d’envoyer un dossier et de présenter une recette fétiche, la rouille de seiche à la sétoise pour moi. Et puis serait bien le kiff de pouvoir être pris même si les chances sont minces.

Copyright Lewis Joly - http://lewisjoly.format.com

Copyright Lewis Joly – http://lewisjoly.format.com

Dring Dring Dring

En vrai mon téléphone ne sonne jamais, je suis adepte du mode vibreur, c’est IKEA qui m’appelle ! Hein, quoi, comment … casting … oui d’accord … Paris … ok … candidature ok … hein ? … test culinaire … bien sûr … vidéo de présentation … oui oui … Clac on raccroche. La gentille demoiselle au téléphone, Chloé, vient de m’annoncer que j’ai été présélectionné pour le concours et que je devais me rendre à Paris fissa pour passer le casting !

Copyright Lewis Joly - http://lewisjoly.format.com

Copyright Lewis Joly – http://lewisjoly.format.com

Le casting, what is it ?

Je suis dans le train pour aller à Paris, j’ai l’adresse du lieu du casting et je me dis que je vais surement rencontrer quelques personnes de chez IKEA pour écouter mes motivations et que je vais devoir faire une petite préparation pour qu’ils puissent voir si je sais utiliser un couteau.
Que nenni mes amis ! Le lieu du casting c’est un studio de cinéma ! Je suis accueilli par la maquilleuse qui me fait visiter les 2 plateaux. Sur chaque plateau, deux décors magnifiques, deux belles cuisines, plusieurs caméras, des spots et tout un tas de gens qui s’activent ! Ooooohhhhh punaise !
Après la séance ravalement de façade, j’ai pu accéder à une des deux cuisines pour 30 minutes de cuisine. Sur le thème du saumon mariné, j’ai préparé ces ravioles de mangue au saumon mariné et avocat, un classique mais dans une présentation un peu sympa.
J’ai ensuite pu exposer ma proposition de menu ainsi que mes motivations et ma passion pour la cuisine … aka j’aime manger, j’aime manger et aussi parce que j’aime manger.
Et ils m’ont pris !!!!

20160612_222304_v2

Mais c’est pas fini

Ma sélection ne me permet pas encore d’accéder à la cuisine. J’ai été positionné sur une des 3 semaines avec 8 autres sélectionnés, pour … 5 places. 3 candidats n’allaient hélas pas pouvoir accéder à la cuisine du restaurant. Le choix des élus s’est fait par le vote des internautes. Merci à toutes les personnes qui ont voté pour moi (ma douce, ma famille, mes amis, mes collègues, etc) car, comme vous l’avez compris, j’ai fait parti des 5 chanceux. Fin des votes dimanche, lundi on me téléphone pour m’indiquer que les clés de la cuisine et du restaurant me seront confiées le mercredi, deux jours après.

20160615_225034

Le Jour J, l’équipe

C’est le jour 1, celui qu’on retient, celui qui s’efface quand tu me … oula, je m’égare. Le mercredi 15 juin 2016, voilà que je pousse la porte du Krogen, mon restaurant pour la journée, il est midi. Le restaurant est trop beau, super décoration, cosy, on s’y sent trop bien, finalement je vais peut être laisser la cuisine pour m’installer à table. Je suis accueilli par mon ombre du jour, le cameraman, j’ai zappé son prénom (fort original du reste), je m’en excuse. Il s’est occupé de filmer toute la journée dans une ambiance très fun et décalée (voir les vidéos en bas de cet article).
J’ai ensuite pu rencontrer toute l’équipe :
– Clémentine, ma coach, elle a été parfaite, au top !
– Alexandre, sous chef, hyper détendu et professionnel, classe.
– Nina, un petit bout de femme rousse 100% peps, je ne me suis pas amusé à l’embêter, surtout lorsqu’elle avait son couteau, hé hé.
– Sébastien et Fabien au service, des professionnels, les roulements sont bien huilés.

clavu92wqaq-kwh

En plus de cette belle équipe il y a les coulisses, la régisseuse, les monteurs, etc.
Il y a eu aussi Léa Camilleri, une célébrité de la sphère du web, Youtube & co. Elle est venue pour animer la soirée, quelle personnalité ! On s’est bien amusé, elle est très drôle. Et non, je ne sais pas si sa poitrine est vraie ou pas. Et non, sur la photo ci-dessus je n’ai pas ma main posée sur ses fesses. Et oui, je porte des capotes pour chaussures très moches.

cla7plawqaiwi_k

Le jour J, on cuisine

Après avoir fait l’inventaire de ma liste de course, on peut se poser quelques minutes avec l’équipe pour que j’explique mon menu et qu’on organise le travail de chacun sur les 3 plats.
Mon entrée s’intitulait « le sable, la Saint-Jacques et le parmesan », une tarte sablée au parmesan sur laquelle on a préparé une déclinaison de légumes cuits ou croquants et également des fines tranches de Saint-Jacques. Le tout était assaisonné par une vinaigrette de réduction de sirop d’airelles de chez IKEA (Dryck Lingon). C’était clairement un plat inspiré par un chef que j’adore, David Bilcot, dont la recette originale est ici sur mon blog. Esthétiquement cette assiette a fait mouche auprès des clients du restaurant.
Mon plat, c’était « Seiche et cabillaud à la mode sétoise », mon plat fétiche, comme une rouille de seiche classique, avec un morceau de dos de cabillaud, une poudre de hareng IKEA et de la ciboulette ciselée. Ici, le gout du sud explose en bouche, gustativement, je suis content car ces goûts méconnus à Paris ont été très appréciés en salle, également en cuisine, et aussi en back office. Tout le monde en a mangé hé hé. Pour la recette c’est ici (sauf le cabillaud que j’ai fait au four cette fois ci, mieux).
Pour mon dessert j’ai préparé une tarte façon cheesecake à l’orange sur une base de biscuit aux épices IKEA. C’est simple, c’est bon, et ça permet d’envoyer rapidement au moment du service. La recette ? C’est ici !

20160615_211842

J’ai kiffé ma race

Voilà, tout est dit. Quelle journée exceptionnelle ! Bon, j’étais mort de chez mort, être chef c’est un vrai métier, je pense à tous les amateurs qui croient que c’est simple et qu’il se suffit de se lancer. L’apprentissage, la formation, l’expérience, les heures à transpirer sur des gros services, ça ne s’improvise pas. Quel beau métier, je tire mon chapeau (mon bob) à tous ces professionnels qui donnent tellement, dans l’ombre de leur cuisine.
Et pour info, je n’ai pas gagné ce concours, j’ai terminé 7eme je crois (sur 15) avec une note de 8,44 sur 10 me semble-t-il.

Quelques vidéos plutôt drôles de cette aventure

 

Quelques photos en bonus

Commentaires sur “Mon resto à moi d’un soir, le Krogen d’Ikea à Paris

  1. Chalande Nina
    23 février 2017 at 20 h 30 min

    Salut Fabien, j’espère que tu vas bien 🙂
    Super article qui fait revenir pleins de souvenirs de ce super concours.
    La bise,
    Nina, le petit bout de femme rousse 100 % peps

Laisser un commentaire